Collection « Orientalia Monspeliensia »

Djet et Neheh. Une histoire du temps égyptien

Frédéric Servajean

Djet et neheh sont deux notions temporelles qui traversent toute l’histoire de l’Égypte ancienne. Elles sont les deux formes possibles – complémentaires et opposées – du temps : l’éternité (djet), conçue comme immuabilité, et le temps (neheh), dont l’expression théorique est le flux temporel cyclique.

Djet, l’éternité, caractérise le monde créé par le démiurge lors de la Première Fois : principalement la première langue de terre issue du Noun ainsi que les premiers êtres mis au monde par le Créateur. Ce monde est le résultat de la première étape de la création car il fut l’objet d’une réorganisation à l’origine de laquelle se trouve la révolte des hommes. Le démiurge sépara les dieux et les hommes, tout en créant le ciel ainsi que les corps célestes destinés à le parcourir. Les cycles des étoiles, de la lune et du soleil sont à l’origine du temps mesurable. En l’imposant aux hommes, le démiurge leur fit perdre l’immortalité.

Temps et éternité ne sont pas indépendants. Le temps, produit de la refondation du monde, est issu de l’éternité. Et, dans son déroulement cyclique, il regagne djet à intervalles réguliers. Le temps peut donc être considéré, si la Maât est respectée, comme une durée idéale aboutissant, après la mort, à l’éternité.

2007, 21 × 29,7 cm, 17 €, 146 p., dos carré collé, ISBN 978-2-84269-790-7.

Coll. « Orientalia Monspeliensia » nº 18, ISSN 0169-9458.


Dans la même collection :

Sur le même sujet « Archéologie » :

Sur le même thème « Égyptologie » :

Rechercher un ouvrage

Naviguer dans le catalogue

Pratique

Commander un ouvrage

Merci à Spip

Navigation